Patrimoine Industriel – Usine de papiers peints Leroy

Publié le Publié le

Premier fabricant européen de papiers peints, la manufacture Leroy, installée à Ponthierry de 1912 à 1982, contribua au réel essor économique de la commune. L’ancienne centrale électrique de l’usine, réhabilitée en espace culturel depuis 2011 témoigne de ce passé industriel florissant.

La salle des machines est devenue un Lieu de mémoire. La proximité de la Seine, de la voie ferrée et de la route nationale influa beaucoup sur le choix de l’emplacement du site de l’usine. En développant la mécanisation de sa production, elle permit de démocratiser l’utilisation du papier-peint, jusqu’alors considéré comme un produit de luxe.

Cette société fut pour la commune plus qu’un simple moteur économique, puisque le personnel atteignit 600 ouvriersproduisant journellement jusqu’à100 000 rouleaux de papiers peints avec la machine aux 26 couleurs.

La famille Leroy fit construire les cités Leroy pour loger ouvriers et cadres, ainsi qu’un dispensaire (aujourd’hui devenu le centre municipal de santé du Gâtinais).

Elle fut aussi à l’origine d’une assurance mutualiste, de la création d’une fanfare pour les habitants de la commune, d’un club de football.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, l’usine fut réquisitionnée par l’occupant pour la construction de moteurs d’avions et, le 1er août 1944, elle fut lourdement bombardée par les troupes alliées. Ce site, œuvre du célèbre architecte Paul Friesé, conserve d’importants témoignages de l’activité passée, notamment des génératrices thermiques et une machine à imprimer 26 couleurs, inscrites aux Monuments Historiques.